barometre.social

#ComPol – Quels sont les partis politiques les plus influents sur Twitter ?

Cet article s’intéresse aux prises de paroles des principaux partis politiques français, sur Twitter. Comment s’articulent leurs lignes éditoriales ? Que révèlent leurs messages sur leurs prises de position ? Dans quelle mesure sont-ils repris par leurs lecteurs ? Pour répondre à ces questions, nous avons collecté les 4000 derniers messages postés par 25 partis politiques disposant d’un compte Twitter actif (ayant publié au moins un message au cours du dernier trimestre). Ce seuil de 4000 messages peut représenter l’intégralité des publications du compte Twitter de certains partis. Cependant, nous avons restreint la période d’analyse du 21 février au 14 mai 2016 afin de conserver un jeu de données homogène et ne pas introduire un biais dans l’analyse des comptes les plus actifs.

Quels sont les partis qui s’expriment le plus souvent sur Twitter ? 

Au cours de cette période, les 25 partis politiques analysés ont publié 11.775 messages, et ont repartagé 8473 tweets. Leurs publications originales ont été partagé 213.057 fois, ce qui témoigne d’une certaine autorité au sein du réseau social Twitter. Pour la plupart de nos analyses, nous ne conservons que les messages originaux publiés par les partis politiques. En effet, nous pouvons considérer que le repartage de contenus produits par d’autres utilisateurs est un comportement distinct, qui ne revêt pas forcément les mêmes enjeux :

  • lorsque je publie, je m’exprime personnellement, je décide de documenter et d’archiver des contenus sur mon profil social
  • lorsque je retweete, je valorise la publication d’un autre utilisateur, je relaye une information au sein de mon réseau et je contribue à légitimer sa publication. J’écris dans ses écritures.

Le Front National, le Parti de Gauche et Les Républicains sont les comptes qui ont le plus fréquemment pris la parole sur Twitter. Cependant, Le Parti de Gauche (PG) est le compte qui a produit le plus de contenus originaux (2186 messages) devant le Front National (2092 messages). Trois quarts des publications des Républicains sont des repartages, ce qui le positionne derrière le Parti Socialiste, Nous Citoyens, l’UDI et le PCF, en terme de création originale. Ce constat n’est pas forcément négatif, et peut révéler une stratégie éditoriale, visant à relayer la parole des cadres du parti au travers d’un compte « carrefour ».

contenus-originaux

Quels sont les partis politiques les plus repris sur Twitter ? 

Un autre panorama se dresse face à nous, si l’on analyse la performance des prises de parole de chaque parti, en sommant le nombre de retweets obtenus par chacune de leurs publications originales. Le compte du Front National supplante le reste des partis avec 75.488 retweets obtenus pour 2092 prises de paroles, ce qui lui confère une part de voix dépassant les 35%. Ici, nous calculons la part de voix sur la totalité des retweets obtenus par les partis (somme des retweets obtenus par un parti, sur la totalité des retweets).

RT

part-de-voix

Quel est le parti politique le plus « influent » sur Twitter ? 

Cette analyse nous amène à mettre au regard ces volumes d’interactions sur les messages, à la base de followers de chaque compte. Nous pouvons nous attendre à ce que les comptes les plus suivis, soient aussi les plus repris. Les Républicains disposent d’une base de 182.399 followers, Europe Ecologie Les Verts de 150.302 followers et le Parti Socialiste de 138.881 followers.

followers

Les comptes de partis bénéficient naturellement d’une certaine « autorité » au sein du réseau social. Ce sont des producteurs d’informations qui cristallisent la propagation de leurs contenus. Ainsi, comme nous l’avons précédemment défini lors de notre étude sur  la présence des députés français sur Twitter, nous construisons la cartographie des partis sur la base de deux indicateurs : l’impact (taux de reprise des messages) et la réputation (rapport entre le nombre d’abonnés et d’abonnements). Plus ces indicateurs tendent vers 1, plus le parti analysé est performant.

carto

Nous définissons un score d’autorité, produit de l’impact et de la réputation, qui nous permet d’établir un classement des partis.  Ainsi, il apparaît qu’au cours de la période analysée, le Front National est le compte Twitter de parti politique le plus influent, à la fois suivi est fortement repris. La plupart des comptes proposent des scores élevés (>0,5) et nous observons qu’une douzaine de comptes peuvent être qualifiés de super-influenceurs avec des scores supérieurs à 0,75.

classement-parti-politique-twitter

Quels sont les sujets les plus abordés par l’ensemble des partis politiques sur Twitter ? 

L’analyse des hashtags nous apporte une première réponse, par leur fonction métalinguistique. Néanmoins, nous distinguerons les hashtags présents dans les contenus originaux, des hashtags issus des contenus repartagés pour les raisons décrites précédemment.

hashtags

5 sujets ont été largement relayés par plus de la moitié des partis politiques analysés. Le hashtag #loitravail a été mentionné par 18 des 22 partis (81%) ayant publié sur la période, dans 345 tweets originaux (soit 7,2% des messages contenant un hashtag). Les hashtags #nuitdebout et #panamapapers ont été mentionné par 12 partis, dans respectivement 178 et 83 messages. Les hashtags #déchéancedenationalité et #chomage ont été mentionnés par 11 partis, dans respectivement 74 et 67 messages. Il est intéressant de noter la présence des hashtags #hollande et #macron parmi les plus mentionnés dans les repartages.

La nature des hashtags interpelle car, au-delà de grands sujets d’actualités, on note la propension de ces comptes à se mobiliser au travers de la pratique du live tweet, soit dans le cadre de relais médias (#bourdindirect, #tirscroises, #bfmtv, …) ou d’événements propres à chaque parti (#congresudi, #planb, #directps…)

Comment s’articulent les prises de paroles des partis politiques sur Twitter ?

Au croisement des deux précédentes interrogations, nous avons construit un graphe interactif représentant les citations de hashtags dans les messages originaux postés par les comptes Twitter des 25 partis politiques. Chaque noeud représente un hashtag, les noeuds rouges sont les comptes des partis politiques. La taille des noeuds varie en fonction du nombre de tweets et leur couleur en fonction de leur importance au sein du réseau.

> en sélectionnant un hashtag, vous pouvez voir quel(s) parti(s) l’ont mentionné

> en sélectionnant un parti politique, vous visualisez tous les hashtags qu’il a mentionné au cours de la période (21 janvier -> 14 mai 2016).

Nous observons plusieurs éléments notables :

  • les comptes de partis politiques évoluent en silo. Ils ne mentionnent que très peu les autres partis au travers des hashtags. Nous observons finalement une faible densité de sujets « centraux ».
  • Les hashtags traduisent des terrains d’expressions plus ou moins vastes. Ainsi, le Parti de gauche aura préempté 146 hashtags différents au cours de la période, contre une trentaine pour EELV.

Quelles sont les personnalités / institutions les plus mentionnés par les partis politiques ? 

De la même manière, nous avons construit un graphe interactif représentant les mentions présentes dans les messages des partis politiques. La taille des noeuds correspond cette fois-ci à leur importance au sein du réseau (centralité).  Ainsi, nous identifions de nombreux :

  • membres ou ex-membres du gouvernement, notamment cités par les partis d’opposition. François Hollande est central dans le réseau, puisqu’il est cité par 14 partis, mais on retrouve aussi Emmanuel Macron, Manuel Valls, Ségolène Royal, Jean-Jacques Urvoas, Emmanuelle Cosse, Christiane Taubira.
  • des portes paroles ou figures de proues, très fréquemment cités par leurs propres partis, tels que Jean Christophe Cambadélis, Florian Philippot, Eric Coquerel, Nicolas Bay, Nicolas Dupont Aignan, Jean Luc Mélenchon, Jean Christophe Lagarde…
  • des médias, cité par de très nombreux partis : iTélé, BFM TV, LCI, LCP, Public Sénat, etc.

En conclusion, cette étude particulièrement révélatrice de contrastes dans l’usage d’un réseau social par les partis politiques en France. Certains partis, tel le Front National ou le Parti de Gauche, ont mis Twitter au service de leur communication pour profiter d’une caisse de résonance afin que leurs messages se diffusent sur l’ensemble des médias.  Cela s’illustre notamment par la prépondérance des citations de médias nationaux (presse ou TV) et de la figure du porte-parole.

Superbowl 2016 – Cartographie des conversations

Nous avons cherché à étudier un événement majeur, le Superbowl, l’émission à plus forte audience. Au cours du week end, nous avons constitué un dataset de plus de 47.000 messages et 49.000 retweets. Le graphe ci-dessous présente les liens de co-citations, sur la base des mentions contenus dans les tweets originaux. La taille et la couleur des liens/noeuds est associée au nombre de mentions.

superbowl

Il est intéressant de voir que le grand vainqueur de cet événement médiatique majeur est Youtube. Nous sommes face à un cas d’école pour démontrer les résonances entre canaux, en dehors de toute verticalité, une diffusion en télé (sur W9) qui résonne à la fois sur Twitter et sur un ensemble de médias.

En terme de topologie, nous identifions assez clairement deux grands axes de conversations :

  • au nord, les artistes qui se sont produit en marge de l’événement (Beyonce, Lady Gaga, Coldplay, Bruno Mars, Rihanna…)
  • au sud, le match de football américain (Panthers, Broncos, Beinsports_FR, Superbowl…)

Youtube s’inscrit en périphérie de cet ensemble. Ce noeud est peu lié au reste des conversations, tout simplement parce qu’il est la traduction d’usages et de fonctionnalités : la majorité des tweets incluant la mention @Youtube sont produits à l’aide d’un bouton de partage permettant d’envoyer un message pré-paramétré.

Essai de cartographie des blogs musicaux

Tim Berners Lee, inventeur du lien hypertexte, investi le web d’une dimension éminemment sociale. « The web doesn’t just connect machines, it connects also people ». Le lien hypertexte est un vecteur extrêmement puissant permettant de cartographier le web, en instaurant une mesure de l’autorité, mais également de l’affinité entre les sites. Plus un site sera cité par d’autres, ou les citera, plus il pourra être considéré comme autoritaire dans son domaine. Plus deux sites partageront un réseau de liens communs, plus ils pourront être considérés comme « proches » ou en affinité. Les moteurs de recherche, tels que Google ou Bing, s’appuient sur ce constat pour construire des indicateurs (ex : le PageRank) de manière à ordonner et cartographier le web sous forme de listes (la page de résultats). Néanmoins, ces listes ne permettent pas de visualiser les échanges entre entités et comprendre leurs regroupements affinitaires sous forme de communautés. « Le passage au niveau graphique et explicite d’un objet jusque-là purement mathématique en transforme le sens. Ce qui était pour les moteurs de recherche un corpus documentaire à ordonner de manière strictement procédurale et heuristique va devenir un territoire de relations sociales, parcouru de clivages et d’affinités qu’il convient d’objectiver » (B.Kostras)

A l’aide du logiciel Hyphe, développé par le Médialab de Science Po, nous avons modélisé les liens entre 95 sites musicaux aux positionnement éditoriaux variés (musique classique, jazz, indie-rock, metal extrême…). Depuis la page d’accueil de ces sites, nous avons parcouru (« crawlé ») les liens de premier niveau, c’est-à-dire à 1 clic de la page de départ), pour découvrir 6396 autres entités qui vont faire le pont. Ensuite, nous avons importé le jeu de données recueilli dans un logiciel de modélisation de réseaux (Gephi) pour y apporter des traitements statistiques et le mettre en forme.

webzine
Dans un premier temps, nous avons réalisé une première mise en forme du réseau, en attribuant une plage de degrés à chaque noeud, c’est-à-dire la somme des liens entrants et sortants de chaque entité. Ce sera notre métrique d’autorité : plus le point est gros, plus son autorité est forte au sein du réseau. Néanmoins, rappelons que nous avons collecté les données à partir de la page d’accueil, à +1 clic. L’architecture du site aura donc une influence forte sur les résultats.

Puis, nous avons essayé de catégoriser chaque noeud. Le travail s’avère fastidieux (presque 7000 items à classer, de manière parfois subjective) et relativement inefficace du point de vue de l’analyse, car les catégories retenues sont peu diverses. Néanmoins, cela nous a permis une bonne compréhension de la nature des acteurs présents et d’identifier les ponts entre les entités principales de ce graphe (nos 95 sites). Nous avons établi une dizaine de catégories en fonction de la nature de l’acteur (« label », « salle de concert », « média », « groupe »…) conjointement à une affinité musicale, si attribuable (« généraliste », « metal », « rock », « hip hop », …).

Finalement, nous avons privilégié un traitement statistique en utilisant l’indicateur de modularité calculé par Gephi. La modularité mesure le partitionnement des nœuds d’un graphe, ou réseau, en communautés. Nous avons limité la construction de 16 groupes (clusters), représenté chacun par une couleur différente. Ce sera notre métrique d’affinité.

Ainsi, on voit se dessiner clairement des territoires affinitaires et des clivages entre agrégats de sites. D’abord, entre les sites au positionnement plus prononcé pour les musiques inspirés du blues (metal, rock, pop, …) et les musiques urbaines / jazz (electro, hip hop + jazz). Avec plus de granularité, on identifie un petit groupe de sites de musique classique à proximité des sites de jazz.

01

A l’aide d’un indicateur de centralité (Eigenvector Centrality), nous capturons les noeuds les plus significatifs au sein du réseau. Ils se trouvent au centre du graphe et font le lien entre un maximum de communautés. Qu’est ce qui lie un site de metal extrême à un site de jazz ? Ce sont des médias et des plateformes généralistes. Les noeuds comportant le plus de liens entrants sont donc logiquement des réseaux sociaux ou des sites communautaires, tels que Facebook, Twitter, Wikipedia, Bandcamp, Soundcloud, Deezer, Spotify, Digitick qui seront utilisés pour proposer des playlists audio ou vidéo, de l’achat de tickets ou référencer les biographies d’artistes. Free propose un hébergement gratuit pour des blogs personnels.

02 (2)

En comparaison de notre catégorisation manuelle, l’indicateur de modularité nous apporte une analyse plus fine des affinités musicales et éditoriales entre notre centaine de sites. Nous perdons l’information concernant la nature du noeud (label, groupe, etc.) mais la génération de 16 clusters révèle des nuances dans le positionnement éditorial de sites appartenant aux mêmes grandes familles musicales.

04

Prenons l’exemple des sites « metal ». On note la présence de deux clusters regroupant des sites au contenu fortement positionné sur la musique metal et leur volonté encyclopédique (« Au porte du Metal » et « Metalchroniques » en violet ; « Radio Metal » et « Spirit of Metal » en jaune). Ces clusters se distinguent d’autres clusters marqués par un contenu éditorial plus généralistes (ZoneMetal, Metalsickness…) et/ou tendant vers le punk-rock (Metalorgie, Visual-Music, CoreAndCo, W-Fenec…).  Pour poursuivre l’analyse, la position de certains sites peut paraître étonnante. Par exemple, « La Grosse Radio » fait le pont avec la communauté Reggae/Ska, le site « Hip Hop Core » est isolé de la communauté hip hop, les sites de jazz (Le Jazzophone, Citizen Jazz) forment des groupes séparés…

03

Nous pourrions poursuivre l’analyse de manière plus qualitative pour affiner les positionnements éditoriaux de ces sites, à partir de corpus d’articles et d’une analyse sémiologique. Néanmoins, il est possible de percevoir à ce stade la volonté de construire des savoirs de manière encyclopédiques, et affinitaires, par la variété et les volumes de liens cités.

#ONG – 365 jours d’action humanitaire sur Twitter

Dans un précédent article, nous décrivions les principaux usages de Twitter par les ONG : la communication, la coordination, les levées de fonds… Pour illustrer ce propos, et vérifier sa validité 3 ans après l’écriture de cet article, nous avons collecté les tweets postés par 70 ONG françaises recensées sur le site Portail-Humanitaire.orgLes résultats présentés par la suite se concentrent sur la période du 30 août 2014 au 30 août 2015, sur la base d’un échantillon de 48.384 tweets, postés par 61 ONG.

Quelle sont les ONG les plus actives sur Twitter ?

La plupart des ONG témoignent d’un fort degré d’activité sur Twitter. Nous cartographions celle-ci en fonction de deux indicateurs prenant des valeurs comprises entre 0 et 1 :

  • l’impact des publications : relatif au volume d’interactions (RT et favoris) obtenus par les publications
  • la réputation du compte Twitter : un ratio abonnés / abonnements indiquant si l’ONG attire « naturellement » de nouveaux followers

Le produit de ces indicateurs nous donne un score de performance du compte. Pour la cartographie ci-dessous, nous avons ajouté la date de création du compte Twitter, pour montrer que les ONG ayant créé leur compte de manière précoce (2007-2010) obtiennent les meilleurs scores.

carto_ong

Les ONG ayant une réputation et un impact supérieur à 0,5 peuvent être considérées comme « influentes » sur le réseau car elles attirent de nouveaux followers de manière organique et leurs publications sont régulièrement reprises. La majeure partie des ONG font figure d’autorités Twitter, en se regroupant dans cette zone ; ce graphe ressemble à celui présenté dans notre étude sur les députés. Les ONG obtenant les meilleurs scores sont, sans surprises, celles qui ont professionnalisé la gestion de leurs communautés en ligne :  WWF France, Amnesty France, Greenpeace France, Fondation Abbé Pierre, Unicef France, La Croix Rouge Française ou Reporters sans frontières.

classement2

365 jours d’activisme : quels sont les sujets abordés par ces ONG ?

En analysant les hashtags mentionnés par ces 61 ONG, nous pouvons illustrer la fonction de coordination jouée par Twitter. Les hashtags sont utilisés comme des marqueurs : les ONG segmentent leurs discours par territoire (un grand nombre de pays / continents mentionnés), par sujets (#réfugiés, #ebola, #climat…) et par modes d’action (#urgence, #solidarité…). Ainsi, nous pouvons dresser une première carte de leurs territoires d’action. S’éclairent les zones de conflits, telles que la Syrie, l’Irak, le Mali, l’Ukraine ; les pays récemment touchés par des catastrophes naturelles de grande envergure (Népal, Philippines, …) et des pays au cœur de l’actualité humanitaire et politique (#Cop20 au Pérou, les attentats de Charlie Hebdo et diverses conférences en France).

carte

Les tweets les plus médiatisés

De nombreux événements ont ponctué l’actualité humanitaire et sociale. Les internautes ont été nombreux à repartager les contenus postés par les ONG, comme en témoigne la courbe ci-dessous. Nous identifions aisément les pics d’interactions liés aux attentats du 7 janvier ainsi qu’à différentes campagnes de communication.

chronologie

Les contenus postés par ces ONG sont particulièrement ancrés dans l’actualité, ce qui nécessitent pour leurs cellules de communication d’être très réactives. Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, Reporters Sans Frontières publiera ce tweet (à deux reprises) et totalisera le plus grand nombre de RT au cours de ces 365 derniers jours.


Au mois de juillet, le tweet de Médecins du Monde relayant sa campagne de sensibilisation à la vaccination sera partagé plus de 3700 fois.


La campagne du Secours Populaire pour célébrer ses 70 ans a dérapé avec le tweet ci-dessous, qui obtient plus de 1700 RT. Les internautes ont commenté très négativement cette prise de parole de l’ONG.


rt

Les internautes se sont montrés réceptifs aux situations de crises, notamment lors des séismes qui ont dévasté certaines régions du Népal. La Croix Rouge a utilisé Twitter comme relais de sa campagne de dons et a obtenu plus de 1500 RT à son appel.


L’ironie de la Croix Rouge se sera heurtée à l’incompréhension des internautes découvrant le tweet ci-dessous. Ces derniers ont répondu par de nombreux commentaires négatifs obligeant le community manager de la Croix Rouge à les rediriger vers le site officiel de l’ONG pour obtenir une explication détaillée de cette campagne à propos du maintien à domicile.


rt2

Quels sujets ont retenu l’attention de leurs followers ?

sujets

Le graphe ci-dessus illustre les sujets pour lesquels les abonnés de ces 61 ONG ont été les plus réceptifs. Autrement dit, les sujets qui ont reçu le plus d’interactions. Plus la bulle est bleue, plus les ONG ont été nombreuses à prendre parole sur ce sujet. Ainsi, nous distinguons trois types de sujets :

  • des actions localisées, telles que des campagnes de communication. Ces sujets se caractérisent par un faible nombre d’ONG impliquées, un faible nombre de tweets consacrés au sujet mais de très nombreuses interactions en retour. La campagne Make a Child Cry fut la plus efficace : 4 ONG ont publié 8 tweets qui ont engendré un total de 5715 interactions. Amnesty France s’est illustré en janvier 2015 en relayant le procès et les condamnations de Raif Badawi, blogueur saoudien condamné à 1000 coups de fouets. Les tweets de l’ONG concernant ce sujet ont été retweetés 8524 fois (sur un total de 11.311 interactions pour 3 ONG impliquées). Aussi, les campagnes de communication de WWF France ont été particulièrement reprises (Earth Hour – 9187 interactions ; Living Planet Report – 3016 int. ; SOS Reef – 3012 int.).
  • les sujets coeurs des organisations qui concernent les territoires sur lesquels elles sont implantées : les ONG tweetent fréquemment à leur propos, mais elles n’obtiennent pas toujours beaucoup d’interactions en retour. Par exemple, 29 ONG ont pris la parole à 364 reprises à propos d’Haïti et des Philippines mais n’ont obtenu que 1528 interactions.
  • l’actualité humanitaire ou les crises / situations d’urgence. Les ONG se mobilisent puis effectuent un suivi de leurs actions au cours de mois ou des années qui suivent.  Ces sujets se caractérisent par un grand nombre d’ONG impliquées, un nombre de prise de paroles plutôt important, et un grand nombre d’interactions en retour mais qui reste proportionnellement faible. Par exemple, en une année, Ebola a mobilisé 26 ONG, qui ont publié 1020 tweets pour 10.464 interactions, soit une moyenne d’une dizaine d’interactions par tweet. Les séismes au Népal ont été évoqués par 29 ONG, et leurs tweets ont engendré 19.264 interactions (14 int. / tweet). Le conflit syrien et les migrations se situent sur la même échelle.

Les attentats de Charlie Hebdo sont à classer à part, car il s’agit d’une prise de parole que l’on pourrait qualifier de « réaction épidermique ». 137 tweets ont généré un pic de 14.133 interactions, en seulement 2 jours.

Marion-Maréchal Le Pen, la carte et le territoire de son influence sur Twitter

Notre précédente étude, intitulée « L’activité des députés sur Twitter« , s’intéressait aux rôles protéiformes que joue le réseau social dans la communication des élus, que ce soit dans leurs échanges au sein / en dehors des partis ou plus largement avec les médias et les citoyens. Nous avons montré que le groupe Socialiste Républicain Citoyen, dispose d’un plus grand nombre de députés en cours de mandat inscrits sur Twitter, conséquence logique de sa majorité à l’Assemblée. Ces derniers produisent le plus grand nombre de contenus, mais ceux des partis d’opposition, notamment l’UMP et le Front National, sont plus fréquemment repartagés. Les élus les plus « polémiques » semblent être les plus influents sur Twitter, à l’image de Marion-Maréchal Le Pen.

Tweets de députés les plus repris au premier semestre 2015

Tweets de députés les plus repris au premier semestre 2015

La députée membre du Front National, parti minoritaire au sein de l’hémicycle, bénéficie d’une large audience (près de 70.000 followers) et ses publications sont très largement reprises puisque, au cours du premier semestre 2015, un quart de ses messages ont obtenu plus de 250RT. Pourtant, la députée est relativement isolée par rapport aux autres élus, qui la mentionnent rarement dans leurs échanges sur Twitter. Au travers de cette nouvelle étude, nous souhaitons questionner le rôle de la polémique dans la constitution d’un réseau d’influence sur Twitter. Cela nous a amené à nous interroger sur l’audience du compte Twitter de Marion-Maréchal Le Pen. Ces 70.000 followers sont-ils des votes acquis pour le Front National ? Quelles peuvent être leurs motivations à suivre cette élue du Vaucluse, s’ils n’adhèrent pas aux valeurs de son parti ?

Constitution de l’échantillon

Pour répondre à ces questions, nous avons collecté les profils publics de 69.478 utilisateurs abonnés au compte de Marion-Maréchal Le Pen, à l’aide de l’API de Twitter. 42,5% de ces utilisateurs ont personnalisé leurs comptes Twitter en rédigeant une courte « biographie » à l’aide de champs texte en saisie libre et 40,5% ont précisé une localisation. Ces informations partagées publiquement nous ont permis de déduire une localisation (au niveau départemental), une tranche d’âge (mineur / majeur) et une activité professionnelle, respectivement pour 50%, 34% et 15% d’entre eux. En terme d’usage, nous photographions la carte habituelle de Twitter : une minorité d’actifs, early adopters, et une majorité d’observateurs « passifs ». 56% des utilisateurs ont créé leur compte Twitter après 2013 ; 72,5% sont suivis par moins de 100 followers ; 55,8% ont publié moins de 100 tweets depuis la création de leur compte et 82% ont une réputation faible. Nous définissons la réputation comme la capacité d’un utilisateur a être naturellement suivi par d’autres : réputation = #followers / (#followers + #following).

followers

status

reputation

creation

Une présence dans les grands centres urbains et leurs banlieues

Les deux cartes ci-dessous comparent les résultats du Front National aux élections départementales 2015 et la répartition géographique des followers de Marion-Maréchal Le Pen. Premier constat : la majorité des followers de Marion-Maréchal Le Pen se répartissent en dehors du Vaucluse. Pour certaines régions (pourtour méditerranéen, Nord et Est de la France), on observe une corrélation : les followers de Marion-Maréchal Le Pen se situent dans des départements où le vote FN est bien ancré. Néanmoins, les deux cartes ne correspondent pas tout à fait et, ce sont d’avantage les grands centres urbains qui s’éclairent sur la carte. Apparaissent Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Tours où le Front National n’a pas brillé lors des dernières élections. La sphère d’influence de la députée s’éloigne largement du Vaucluse.

resultats-vote-fn-departementales-2015

repartition-geographique-followers-le-pen-agregation

repartition-geographique-followers-le-pen

Dans son livre « L’Atlas des inégalités », le démographe Hervé Le Bras lie la montée du vote Front National à celle des inégalités, et associe cet engagement à une composante anti-urbaine. Nos conclusions sont plutôt à l’opposé de ses constats. Plusieurs explications sont possibles, notamment sous le prisme des usages de Twitter :

– Twitter est une plateforme de contenus sur laquelle on s’informe des faits d’actualité ; une partie non-négligeable des followers suivent probablement le compte de Marion-Maréchal Le Pen sans forcément adhérer aux valeurs de son parti. S’abonner à un compte Twitter n’est pas forcément un acte d’adhésion ou un acte militant.
– Cherchant la validation de leurs pairs, les utilisateurs se décrivent d’avantage comme habitant le centre urbain le plus proche que sa véritable localité (« J’habite Paris », plutôt que Levallois-Perret)

description

Ces presque 70.000 followers ne sont pas représentatifs de la population française, ou de l’électorat-type du Front National. Nous pouvons d’ailleurs le confirmer par l’analyse des termes les plus fréquemment cités dans les descriptions. A partir d’un échantillon de 4367 comptes, nous pouvons déterminer leurs principales activités professionnelles. En suivant la catégorisation des métiers de l’INSEE, nous identifions une grande proportion de cadres et professions intellectuelles tandis que les ouvriers et les retraités sont très peu représentés. Une nouvelle fois cela peut être expliqué par les usages dominants de Twitter et leurs enjeux réputationels :
61% ont moins de 35 ans, 33% habitent en Île-de-France, 19% sont des cadres supérieurs
– les individus qui se décrivent sur Twitter sont déjà des utilisateurs « actifs » de la plateforme. De plus, on se décrit plus volontiers lorsqu’on occupe une position hiérarchique (surreprésentation de « présidents », « directeurs », « responsables », …)
– Marion-Maréchal Le Pen utilise Twitter pour communiquer de manière privilégiée avec certains segments de la population. La députée fabrique son autorité par de multiples échanges avec des hommes/femmes politiques, journalistes et citoyens

metiers

Cependant, nous observons quelques disparités dans la répartition des utilisateurs en fonction de leurs catégories socioprofessionnelles. Logiquement, les étudiants et les cadres se concentrent dans les métropoles et grandes villes universitaires (Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lille, etc.). Nous en comptons respectivement 67% et 63% dans des villes de plus de 100.000 habitants. En revanche, les professions intermédiaires sont majoritairement présentes dans les villes de moins de 100.000 habitants (51%), et plus particulièrement dans les villes moyennes de 10 à 100.000 habitants (27%) ainsi que dans le sud-est de la France. Les artisans, commerçants et chefs d’entreprises sont aussi très présents dans les zones de moins de 100.000 habitants (44%).

Enfin, à un niveau plus fin d’analyse, nous observons de nombreux termes liés au monde des médias (« journaliste », « rédacteur en chef », « chef de rubrique »…) ou à la politique. Sur 697 utilisateurs identifiés comme journalistes, plus de 60% se situent en Ile-de-France. Néanmoins, ces journalistes sont répartis sur l’ensemble du territoire (au moins 1 par région), et jouent probablement un rôle clé dans la dissémination, au niveau national, des polémiques lancées par la députée. Nous recensons 656 utilisateurs se décrivant élus, adjoints, collaborateurs ou candidats (« maire », « député », « conseiller régional », etc.) ; 72% sont issus de villes de plus de 10.000 habitants.

Feuille 25

cadres

artisans

etudiants

professions intermediaires

journalistes

En résumé, nous montrons que l’équation 1 follower = 1 vote n’est pas vérifiée. Marion-Maréchal Le Pen prend moins une posture de communication en lien direct avec son électorat, qu’une communication « institutionnelle », observée par des médias, des responsables politiques, des groupes  militants.

Baromètre Consommateur 2015

Google dévoile aujourd’hui les résultats de son Baromètre Consommateur 2015. Développé par Google en partenariat avec TNS Infratest, le Baromètre Consommateur est un outil gratuit qui fournit des insights inédits sur les consommateurs dans 56 pays. Toutes les données concernant les dernières tendances digitales, les comportements d’achat en ligne pour 20 catégories de produits (électroménager, billets d’avion, séjours hôteliers, maquillage, produits high-tech, assurances, santé, cinéma, restaurants, produits alimentaires, vêtements/chaussures, etc.) ou la consommation de vidéos sont consultables sur ce site. Think With Google a réalisé une infographie concernant le marché français, qui révèle quelques informations intéressantes :
– 91% des Français ont un portable ou un smartphone
– Les Français sont 82% à se connecter tous les jour sur internet à des fins personnelles
– Internet a été utilisé dans 60% des parcours d’achat récents
– 51% des internautes français regardent des vidéos en ligne au moins une fois par semaine sur smartphone
Consumer-Barometer-Google-2015---Infographie-France

L’activité des députés sur Twitter

Notre nouvelle étude s’intéresse aux usages digitaux des députés français en cours de mandat, à l’Assemblée Nationale. Twitter est un outil massivement adopté par le monde politique, et notre étude montre que 72,6% des députés disposent d’un compte Twitter.

Les usages de Twitter dans la sphère politique ont été abondamment décrits au cours des dernières années, y compris en France lors des dernières présidentielles. En mai 2012, le cabinet d’études Semiocast recensait plus de 450 personnalités politiques inscrites sur Twitter, François Hollande en tête avec près de 2 millions de tweets le concernant postés par plus de 265 000 utilisateurs. De fait, les cinq personnalités politiques les plus visibles et qui recevaient le plus de commentaires sur Twitter étaient les candidats arrivés en tête au premier tour de la présidentielle, et dans le même ordre.

L’adoption de Twitter par les députés français est indéniable et revendiquée. En effet, ce site de réseautage et de publication de contenu est un outil gratuit, accessible à tous, sur simple inscription, que le monde politique espère mettre au service d’une « démocratie directe et participative ». En six mois, les députés ont publié 121.642 tweets (dont 66.328 messages originaux),  65,5% des députés en cours de mandat se sont exprimés sur Twitter entre le 1er janvier et le 31 mai 2015 ; 90,4% des députés disposant d’un compte Twitter ont publié au moins un tweet sur la même période. Il convient de s’interroger sur les raisons qui poussent ces acteurs du monde politique à s’exprimer sur cette plateforme.

Twitter introduit de nouveaux usages digitaux appliqués au monde politique. Il fluidifie la production informationnelle à l’aide d’un format court et des technologies mobiles, permettant, par exemple, aux députés de publier des informations directement depuis l’hémicycle ou d’interpeller / d’être interpellés par les citoyens, les médias, les autres responsables politiques, …  Ci-dessous, le graphe illustre la corrélation entre les prises de paroles très régulières des députés et l’utilisation du hashtag #directan, indiquant que le député publie « en direct de l’assemblée nationale ».

directan

L’activité des députés sur Twitter est étroitement liée au calendrier politique. Nous observons une sur-activité de ces comptes en périodes électorales. Par exemple, plus d’un tiers des députés disposant d’un compte Twitter en 2015 l’ont créé dans l’année précédant les élections présidentielles de 2012.  Les élections départementales et régionales sont au cœur des débats en ce premier semestre 2015

creation-compte-twitter-deputes

Dans l’absolu, les forces politiques en présence dans l’hémicycle sont représentées de manière égale sur Twitter : les groupes SRC et UMP sont les principaux créateurs de contenus. Néanmoins, en proportion, on note que certains partis semblent plus actifs et plus représentés : 100% des députés Non-Inscrits ont adopté Twitter, 88,9% pour le groupe Ecolo contre seulement 40% pour la Gauche Démocrate et Républicaine.  Les tweets de l’UMP, des Ecologistes et des Non-inscrits sont particulièrement repartagés.

repartition-twitter-depute

Twitter est un canal de communication qui est mis au service de stratégies d’influence. C’est pourquoi, nous avons choisi de mesurer « l’influence » de chaque député à partir de deux indicateurs : l’impact des publications et la réputation du député. Les deux indicateurs prennent des valeurs allant de 0 à 1. L’impact est relatif au volume d’interactions (RT et favoris) obtenus par les publications du député, tandis que la réputation est liée au ratio abonnés / abonnement du compte. Ainsi, la majeure partie des députés peuvent être considérés comme des utilisateurs « influents » sur Twitter (masse en haut à droite du graphique).

reputation

top-deputes-influents

Nous observons une surreprésentation des Non-Inscrits dans ce classement. Nous pouvons expliquer la présence en première position de Marion Maréchal Le Pen par deux facteurs : le caractère polémique de ses prises de paroles, ainsi que l’audience drainée par son compte Twitter (65,4K abonnés). Cette dernière truste le classement des tweets les plus repris : 9 messages dans le top 10, un quart de ses messages ont obtenu plus de 250RT.

top-tweets

Les rapports de force entre partis politiques sont concrètement observables sur le réseau social en modélisant les citations des différents groupes politiques (à partir des mentions et des hashtags contenus dans les tweets des députés). On observe alors que la plupart des citations s’effectuent au sein même de ces groupes (récursivité) et que trois formations s’opposent très fréquemment (UMP, SRC, Ecolo).

screenshot_163028

Lorsque l’on modélise l’ensemble des mentions des députés, au niveau de granularité le plus fin, nous observons ces échanges entre députés. La position de Claude Bartolone au sein du réseau est très évocatrice de son rôle de président de l’Assemblée Nationale puisqu’il est très fréquemment cité. Vous pouvez consulter deux graphes interactifs, identiques mais modélisés différemment : version standard, version circulaire.

sociogramme-depute-twitter

En ajoutant à ces modélisations les hashtags et les mentions de comptes Twitter autres que ceux des députés, on note la prédominance de certains médias (BFM TV, iTele, LeMonde…), très fréquemment cités en relais d’actualités ou plus directement interpellés en plus de responsables politiques de tous bords (membres du gouvernement Hollande, Alain Juppé, …). L’ensemble de ces relations peut être consulté grâce à ce graphe interactif, afin de rendre le graphe lisible, nous avons filtré les relations de moindre importance.

 

Méthodologie :

A l’aide de l’API publique mise à disposition par Twitter, nous avons collecté les tweets publiés sur les comptes officiels des députés en cours de mandat. Un jeu de données de 121.642 tweets a été constitué, contenant uniquement les messages publiés entre le 1er janvier et le 31 mai 2015. Nous avons croisé ces données avec des informations descriptives de chaque député (parti, groupe, place dans l’hémicycle…), issues du site NosDéputés.fr. Les analyses portent uniquement sur les contenus originaux produits par les députés (66.328 messages), excluant les repartages (retweets

Données

Nous partageons les données agrégées de cette étude ainsi qu’une infographie ; ces documents sont  librement téléchargeables.

infographie-deputes-twitter

#IIHF – L’homme du match France – Suède

Dans le cadre des mondiaux de hockey 2015, l’équipe de France rencontrait la Suède le 11 mai dernier à Prague. Le match s’est conclu par une défaite de la France 4-2, avec une série de rebondissements potentiellement générateurs de nombreuses conversations sur Twitter. Comme nous l’avons expliqué dans notre précédent article, ces prises de paroles sont partiellement normées et il est possible de constituer un corpus de tweets homogène et pertinent.

A partir d’un corpus de tweets contenant le hashtag #FRASWE, nous avons souhaité analyser cette rencontre en ne retenant que les noms de joueurs cités. Cela nous permet de visualiser les grandes actions du match, et leurs auteurs. En l’occurence, les six buts de la rencontre et le changement de gardien lors du troisième tiers temps.

fraswe3

On peut aussi modéliser l’évolution des rapports de force entre chaque joueur, à chaque fin de tiers-temps. Ci-dessous, les joueurs les plus cités lors des deux premiers tiers temps. Le premier tiers a été dominé par l’équipe suédoise, avec un but de Jacob Josefson et de nombreux arrêts des gardiens (Cristobal Huet, Jonas Enroth). Lors du deuxième tiers, Damien Fleury est l’auteur d’un doublé permettant à l’équipe de France de mener le match temporairement.

fraswe1

fraswe2

Au final, voici le classement des joueurs les plus cités durant le match.

fraswe01

#IIHF – L’équipe de France face au Canada lors des mondiaux de Hockey

Les championnats du monde de hockey se tenaient en République Tchèque, du 1er au 17 mai. L’année passée, l’équipe de France avait brillé face au Canada en remportant le match après une séance de fusillade (tirs au but). Un an après, quasiment jour pour jour, les deux nations se rencontrent à nouveau. Cette fois-ci, le Canada aligne une équipe composée des meilleurs joueurs de la ligue nationale (NHL) et remporte ses matchs avec un grand différentiel de buts (10-0 face à l’Allemagne, nation contre laquelle la France s’est inclinée 2-1).

fracan

La fédération internationale (IIHF) a investi dans les supports digitaux pour promouvoir cette compétition, notamment en République Tchèque, pays où le hockey sur glace est érigé en sport national. Une application mobile, promue lors des matchs, permet d’envoyer des tweets d’encouragements à son équipe favorites. Les fédérations nationales soutiennent aussi l’événement. En France, le compte de l’équipe de France (@hockey_fra) commente les matchs en direct et diffuse des comptes-rendus ou des informations d’avant match en utilisant des hashtags générique tels que #Prague2015, #allezlesbleus ou spécifiques à un match (#FRACAN, #FRALAT…).

infographie_fracan-Récupéré

Le 9 mai 2015, nous avons collecté l’ensemble des tweets contenant un hashtag spécifique au match (#FRACAN et ses variantes). Certains tweets sont des repartages (retweets) et ont été exclus de l’analyse. Le corpus est constitué de 1511 messages originaux, publiés par 194 auteurs différents. Étant donné le faible volume de messages collectés, nous avons reconstitué les moments-clé du match de manière empirique.

infographie_fracan-homme-du-match

Pour identifier les joueurs les plus cités, nous avons procédé au découpage des tweets en mots pour calculer leur fréquence d’utilisation (ci-dessous, représente la taille du nom), tout en conservant le nombre d’auteurs impliqués dans la conversation (ci-dessous, la couleur du nom).  Nous avons croisé le corpus obtenu avec la liste des joueurs fournie par le site de la fédération internationale. On note un tropisme français sur l’utilisation du hashtag #FRACAN. 90% des tweets sont en langue française, ce qui peut expliquer la sous-représentation des joueurs canadiens(Tyler Seguin, auteur de 2 buts). Il n’est pas étonnant de voir ressortir Ronan Quemener (gardien) et les buteurs français (Julien Desrosiers, Yorick Treille).

Copyright © 2016 barometre.social

Theme by Anders NorenUp ↑